Minimiser le risque d’interactions

Les médicaments servent à rétablir notre bonne santé, mais en qualité de trop ou encore au mauvaises condition comme le non-respect de la consigne, il inversera son rôle.

1. Sachez pourquoi vous prenez chaque médicament

Les noms des médicaments sont souvent difficiles à prononcer, difficiles à retenir et faciles à confondre. Une erreur dans la liste de vos médicaments peut signifier qu’une interaction potentielle passera inaperçue. Par exemple, le ixpim peut être confondu avec un médicament courant pour la tension artérielle. Cependant, si vous dites à un pharmacien ou à un professionnel de la santé que vous prenez du ixpim pour faire baisser votre tension artérielle, il vous dira surement que c’est uniquement pour apaiser la douleur, le mal de tête souvent confondu à l’hypertension. Envisagez d’étiqueter chaque flacon ou emballage de pilules en indiquant la raison pour laquelle vous prenez le médicament – par exemple, “pression artérielle”. Pour en savoir plus, cliquez ici.

2. Sachez comment prendre le médicament

Il est important de savoir si vous devez prendre votre médicament avec de la nourriture ou à jeun. Par exemple, si vous prenez un bisphosphonate avec du lait, du café ou du jus, ou si vous mangez quoi que ce soit dans les 30 minutes qui suivent la prise du médicament, ses effets seront annulés. D’autre part, certains médicaments doivent être pris avec de la nourriture, soit pour faciliter leur absorption, soit pour éviter qu’ils n’irritent la paroi de l’estomac. Et certains médicaments ne doivent pas être pris avec des aliments spécifiques. Par exemple, l’antibiotique tétracycline ne doit pas être pris avec des produits laitiers car le calcium interfère avec l’absorption du médicament.

3. Remplissez toutes vos ordonnances dans la même pharmacie

Le système de soins de santé est encore fragmenté. Votre équipe de soins primaires a probablement un dossier des ordonnances que vous avez obtenues à son cabinet, tout comme les spécialistes que vous avez consultés. Cependant, il est peu probable que chacun sache ce que les autres ont prescrit. Bien que les pharmacies conservent les dossiers de toutes les ordonnances qu’elles exécutent, une pharmacie peut ne pas avoir accès aux dossiers d’une autre et donc ne pas avoir un dossier complet de vos médicaments. Il serait très utile de conserver une liste à jour de vos médicaments, surtout en cas d’urgence.

4. Méfiez-vous des suppléments

Certaines des interactions médicamenteuses les plus graves impliquent des médicaments d’ordonnance et des suppléments. Non seulement les compléments sont moins susceptibles que les médicaments approuvés par la FDA d’être répertoriés dans les bases de données d’interactions médicamenteuses, mais les prestataires de soins de santé peuvent également ne pas savoir quels compléments les gens prennent. Puisqu’il n’y a pas beaucoup de preuves que les suppléments ont des effets bénéfiques sur la santé, il est préférable de les éviter à moins que votre médecin ne vous les prescrive.

5. Allez-y doucement avec le jus de pamplemousse

S’il est vrai que le jus de pamplemousse affecte le métabolisme de plusieurs médicaments, il faut généralement environ un quart de litre de ce jus pour faire une différence. Si vous aimez ce jus, demandez à votre pharmacien si l’un des médicaments que vous prenez est affecté par ce jus. Si c’est le cas, vous devriez être en mesure de consommer un demi-pamplemousse ou un verre de jus de 20 cl par jour, à condition d’attendre quelques heures après la prise du médicament.

Vous aimerez aussi...